Le contenu de cette page ncessite une version plus rcente dAdobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Blog

Articles du thème ‘Le festival raconté par ceux qui le font’

Sorea

Sorea était au Maillon hier soir. Entre variété sirupeuse, r’n'b, néo-trad’, pop kitsch et swing de charme, on était loin des chemins de traverses de la musique contemporaine ! Mais la Corée, c’est aussi cela, et Champs Libres c’est cela aussi. On a même vu l’équipe du festival danser ! ;-)

Champs Libres prends ses quartiers


La journée d’ouverture, samedi dernier 5 juin, donnait le ton du festival. Dès 12h30, le cadre gothique de la place de la Cathédrale accueillait du Pansori,ce lointain cousin coréen de notre opéra pour un mini-concert gratuit. Une bonne centaine de personnes (touristes, public du festival, curieux, badauds…) ont pu découvrir les sonorités insolites (pour nos oreilles occidentales) de cet art majeur de la culture coréenne.

Samedi 5 juin, c’était aussi l’ouverture du Pavillon Champs Libres, cet espace d’accueil et de promotion du festival, sis Place du Château à Strasbourg…récemment rendue aux piétons. On peut y écouter la programmation sur CD et DVD, rencontrer l’équipe. On peut aussi y admirer l’art de la confiserie coréenne, avec la présence du Musée Hangaone de Séoul (démonstrations tous les jours à 14h), et découvrir les charmes de la province du Gyeongsangbuk-do, jumelée avec l’Alsace. Les ateliers d’artisanats coréens s’y déroulent. Des quizz sur la Corée (avec des CDs et des places à gagner) y sont organisés…
Le Pavillon Champs Libres tient ses quartiers jusqu’au samedi 12 juin inclus. Venez voir !

La soirée du 5 juin était un beau concentré du festival : entre « Connaissances du Monde » et Avant-garde artistique, entre traditions populaires et musique savante, il fusionna sans complexes la Danse Royale, avec ses costumes colorés et ses chorégraphies bien enlevées, les compositions contemporaines de Sungji Hong, subtiles et magnétiques, et le Pansori. Visiblement à l’aise, Hwang Gab Do au chant et Kim Sung Ju à la percussion ont livré un spectacle « comme là bas », le chanteur haranguant le public (en coréen !) comme sur une place de village. Bien que privé du sens, le spectateur plongea dans un ailleurs séduisant et subtil, car le Pansori est un art dont le charme insolite finit par opérer.

Photos (c) Alex Florès

Champs Libres a commencé : hypnotique Pansori place de la cathédrale

Alors que l’équipe cours de tout côté depuis une dizaine de jours,  Champs Libres a officiellement commencé ce jour à 12h30, place de la cathédrale à Strasbourg, où une bonne centaine de personnes (public du festival, touristes, badauds…) a pu apprécier un cours mais hypnotique concert de Pansori. Dès le premières secondes, les sonorités insolites (pour nos oreilles occidentales) de cet art à mi chemin entre l’opéra et la chanson de geste, ont hypnotisé l’auditoire.

Pour ceux qui ont raté ou qui veulent prolonger le plaisir, séance de rattrapage ce soir à 20h30 au Maillon Hautepierre.

Quelques temps forts du concert de 12h30, saisis par notre photographe Alex Florès (C)